Fête de la nature 2024

Fête de la nature 2024

Sortie traditionnelle du GHAL au stand de tir de Volson à Pully en compagnie des forestiers de la ville. Chaque année nous présentons au public lors de 2 promenades les mesures de conservation et préservation de la biodiversité mise en œuvre par les forestiers et le GHAL. Cette rencontre familiale permet également aux enfants et parents d’observer de près la richesse du site au niveau de l’herpétofaune et des arachnides, ainsi que de partager un moment convivial autour d’un risotto maison et d’un feu pour les grillades.

Avant de vous laisser plonger dans cet article, nous tenons à rappeler que l’herpétofaune suisse est strictement protégée et qu’il est donc interdit de capturer ou toucher ces animaux. Cependant le GHAL possède toutes les autorisations nécessaires et se permet donc exceptionnellement de capturer brièvement les animaux présentés afin de sensibiliser et informer le public à leur sujet puis de les relâcher à l’endroit de la capture.

La journée a commencé à 8h30 avec l’installation de notre « campement » à la cabane en rondins des forestiers. Tente, table, chaises, brochures, livres et totem, tout a été rapidement mis en place pour accueillir le public dans les meilleures conditions. Pour ce premier groupe du matin, plus de 20 personnes étaient présentes.

Premier arrêt : Un grand talus escarpé avec des mesures d’aménagement pour la couleuvre d’esculape (Zamenis longissimus). Murets de pierres, tas de bois, murgier et végétation buissonnante sont également présents pour favoriser la diversité de micro-habitats et attirer de nombreuses espèces.

Nous profitons également de l’occasion et de la présence du chef des forestiers de Pully pour montrer le gros travail de débroussaillement et de lutte contre les plantes invasives effectué par le service. Pendant ce temps les plus jeunes partent à la chasse aux insectes et araignées, équipés de petites boites de capture afin d’en apprendre plus à leur sujet et de permettre au GHAL de continuer son suivi des espèces présentes sur le site. Nos membres leur montrent alors les différents types de toiles rencontrées et comment utiliser un diapason pour imiter un insecte pris dans celles-ci et attirer la bête.

L’arrêt suivant se fera pour présenter l’espèce phare de la journée : La salamandre tachetée (Salamandra salamandra salamandra). Tout d’abord sous forme de larve, puis nous aurons également la chance d’observer un jeune adulte. L’occasion pour le public de découvrir cet animal emblématique et d’en apprendre plus à son sujet.

La forêt n’est pas en reste non plus, puisque nous pouvons contempler des magnifiques arbres comme par exemple ce très vieil arbre aux branches atypiques.

Peu après, nous ferons la rencontre de notre premier reptile : L’orvet fragile (Anguis fragilis). Ce juvénile de l’année émerveillera autant petits et grands et nous permettra de mettre en évidence les différences entre ce lézard et un serpent, bien qu’ils soient semblables à première vue. Comme par exemple :

  • la présence de paupières absentes chez les serpents.
  • Une queue très longue (1/3, voir 1/2 de la longueur totale) là où celle du serpent est très courte.
  • La présence de tympans, absents chez les serpents.
  • L’orvet peut perdre sa queue (autotomie).

La promenade se terminera par la visite de plusieurs étangs connectés normalement interdits d’accès et historiquement entretenu par le GHAL avant que le service forestier de la ville ne reprenne le flambeau. Nous pourrons y observer de nombreux têtards de grenouille rousse (Rana temporaria) ainsi que d’autres larves de salamandres. Plusieurs araignées seront également de la partie.

Une fois de retour au camp, les visiteurs auront un dernier moment fort avec la présentation de 2 serpents généreusement prêtés par Aquatis : une couleuvre d’esculape (Zanemis Longissimus) et une vipère aspic (Vipera aspis). Nous montrerons alors que ces animaux ne sont pas agressifs et ne posent pas de risques dès lors qu’ils sont traités avec respect et laissés tranquilles.

Une fois la présentation terminée, les personnes présentes, et celles arrivant pour la visite de l’après-midi, seront invitées à partager un moment convivial autour de grillades et d’un risotto traditionnel au feu de bois.

Pour finir en beauté, la maintenant célèbre Leptorchestes berolinensis sera encore de la partie cette année. Il s’agit d’une araignée qui a la particularité de se faire passer pour une fourmi (myrmécomorphe) en ayant une silhouette similaire et en utilisant 2 de ses pattes pour imiter des antennes.

Nous tenons encore une fois à remercier toutes les personnes ayant participé à cette activité de la fête de la nature, ainsi que tous les gens qui ont donné de leur temps et connaissances pour en faire un moment aussi sympathique et enrichissant.

Vipères et grands prédateurs

Vipères et grands prédateurs

Pour cette première sortie de l’année sur le terrain, un programme exceptionnel nous avait été proposé. Partir à la rencontre des vipères aspic (Vipera aspis) lors de leurs parades nuptiales et se rendre dans un bosquet visités par 3 grands prédateurs de Suisse : Le lynx boréal (Lynx lynx), le loup gris (Canis lupus) et le chacal doré (Canis aureus). Également présent sur site (bien que un peu plus petit) le chat sauvage d’Europe (Felis silvestris).

Malgré la météo pas vraiment optimale, la sortie eut quand même lieu et nous nous sommes retrouvés au point de rendez-vous vers 10h avec les participants. Au vu du ciel encore peu fourni en éclaircies, nous avons décidé de commencer par la visite du fameux bosquet afin de laisser le temps aux vipères de se réchauffer un peu.

Après une petite promenade de quelques kilomètres dans un cadre bucolique, la première observation de la journée se présentait à nous : une anémone pulsatille (Pulsatilla vulgaris). De quoi regonfler le moral des troupes avant d’arriver sur les lieux. Cependant nos chances d’observation des grands prédateurs déjà minces, sont vite tombées à zéro lorsqu’une fois arrivé au bosquet des vans et autres camping-cars étaient sur place avec un, néanmoins sympathique, Border collie.

Raté pour cette fois.

Cependant en nous enfonçant dans une petite clairière, nous sommes tombés sur une carcasse de chevreuil ou chamois (dur à dire, vu ce qui en restait) ainsi que plusieurs traces qui suggéraient qu’elle avait été trainée jusqu’ici depuis les prés alentour. Malheureusement vu son état, impossible de dire s’il s’agissait du loup, du lynx ou du chacal doré.

Suite à cette découverte et l’heure avançant, nous avons commencé à prendre le chemin du retour. Une fois arrivé, le pique-nique a été tiré des sacs et nous avons passé un moment conviviale.

Début d’après-midi, le ciel nous offrait enfin quelques rayons de lumière. Il était temps d’aller voir si nous pouvions trouver ces vipères. Le biotope était parfait : un petit plateau ensoleillé abritant une praire sèche et des petites haies basses typiques de ce genre de milieu. Là encore nous avons pu observer plusieurs anémones pulsatilles ainsi que des orchidées. Quelques lézards des murailles (Podarcis muralis) prenaient le soleil et les grands corbeaux (Corvus corax) volaient aux loin. Malheureusement les vipères resteront invisibles. Le soleil n’avait pas encore eu le temps d’assez réchauffer la zone avec ce ciel gris.

Toutefois nous ne seront pas venus pour rien puisque notre membre passionné d’arachnides a pu mettre la main sur les 6 espèces suivantes : Xysticus kochi, Pardosa hortensis, Mangora acalypha, Pisaura mirabilis ainsi que Solometopus bonessi et Iberina montana dont les dernières observations recensées en Suisse remontent respectivement à 2010 et et 2001.

Après la visite d’un dernier site malheureusement sans succès également, la sortie a pris fin en milieu d’après-midi.